Lycée

Intérieur

Danse, musique

Sciences, sortie géologie

Prix Bayeux des correspondants de guerre

mercredi 12 octobre 2016, par Mélanie Louédec.

Le Yémen, l’Irak, la Syrie, Gaza... autant de lieux de conflits dont les reporters de guerre témoignent. A travers 10 reportages diffusés en VO, les 140 élèves participant au Prix Bayeux ont pu s’intéresser à l’actualité internationale et découvrir le métier de grand reporter.
La classe de TL1 a participé au projet ainsi que les classes de 4 autres établissements :
Le lycée Guibray
Le lycée du Robillard
Le lycée des Andaines
Le lycée Flora Tristan

Après avoir visionné les reportages, les élèves ont voté pour leur reportage préféré.
<span class="caps">JPEG</span> - 1005.9 ko
<span class="caps">JPEG</span> - 974 ko

L’après-midi s’est terminé par un échange avec Hicham Mansouri, le journaliste présent.
<span class="caps">JPEG</span> - 678 ko
<span class="caps">JPEG</span> - 926.2 ko

Le lendemain les élèves ont rédigé un article sur le Prix Bayeux qui paraîtra dans le journal Citoyen du monde et dont voici quelques extraits :

"Lundi 3 octobre 2016, c’est la 23e édition du prix Bayeux, 140 élèves de lycées normands ont voté pour l’un des 10 reportages. Suite au visionnage les élèves ont eu le privilège de rencontrer Hicham MANSOURI, journaliste marocain de 36 ans exilé en France depuis le 24 avril 2016. Lycéens et professeurs ont posé des questions pour comprendre son métier. Première question « pourquoi avez-vous choisi de faire ce métier ? », il répond honnêtement, qu’à l’origine il tenait un blog « pour s’exprimer » "

"Conflit oublié, c’est pourtant la situation en Ukraine qui nous a le plus bouleversé. Cette guerre qui fait rage entre les Ukrainiens et les rebelles pro-russes, a déjà engendré 8000 morts et de nombreux blessés. Ce soldat de 19 ans qui vit la guerre de tranchées à la manière des poilus en 1914, n’en voit pas la fin." (Emeline, Noémie, Flore)

"10 reportages pour des milliers de morts, souffrances communes, pays différents. Syrie, Yémen, Ukraine, Hongrie, Irak, l’amer constat reste le même. Dans des régions rongées par la violence, les ruines des souvenirs sont comme d’obscurs témoins d’une triste réalité. La guerre est là, dans toute sa lamentable horreur, les victimes sont devenues un quotidien dans un monde où la paix n’est plus qu’un lointain espoir." (Siméo)