Lycée

Intérieur

Danse, musique

Sciences, sortie géologie

Visite de Tartefais à Falaise - 11/10/2016

mardi 18 octobre 2016, par Magali Seguin.

Compte-rendu de la visite rédigé par les bts1cg (groupe1)

Suite à notre visite du 11 octobre 2016 avec les premières années de Bac professionnel Gestion-Administration, nous avons découvert que l’activité de l’entreprise Tartefrais, créée par Patrick Georget (artisan pâtissier), a débuté en 1990 dans la ville de Caen dans le domaine de la pâtisserie artisanale. Ensuite en 1991, l’entreprise s’implante à Falaise, route de Trun, l’entreprise a alors un espace de 500 m² mais garde toujours les mêmes exigences.
La société par actions simplifiée connait une extension rapide et livre des cafétérias, des grandes enseignes de la distribution, comme Carrefour, Auchan et Lidl. En 1999 Tartefrais déménage dans la rue Louis Rochet, pour occuper 5000 m² de surface exploitable. En 2008, après un an et demi de construction, l’aménagement de 10 000 m² est mis en place pour la fabrication des éclairs.

Aujourd’hui, Tartefrais emploie 185 salariés en CDI à temps plein et 15 intérimaires en moyenne. L’entreprise recrute ses salariés par des annonces dans Ouest-France et sur son site internet. La responsable des ressources humaines privilégie internet pour la rapidité de réception par mail des candidatures et de présélection c’est-à-dire de tri des candidats avant les entretiens individuels. Les salariés bénéficient de formations, soit proposées par la société dans le cadre d’un plan de formation ou bien à l’initiative des salariés dans le cadre du congé individuel de formation. Le travail est essentiellement posté dans les ateliers, deux ou trois équipes travaillent en continue par relais 8 heures par jour avec une pause de 23 minutes.
L’entreprise ne cesse jamais son activité :
-  d’une part, des salariés nettoyent les locaux la nuit et assure la maintenance des matériels,
-  et d’autre part, les congés d’été sont pris par roulement afin d’honorer les commandes des clients tout l’été.

Les métiers majeurs présents dans l’entreprise, se répartissent en cinq grands services : le service commercial, celui des achats, le service qualité (6 salariés), le service de production (et nettoyage), et celui du conditionnement chargé de la préparation des commandes. D’autres métiers dits de supports sont aussi visibles au sein de l’entreprise : le service de maintenance (10 salariés), le service informatique, celui du contrôle de gestion (2 salariés), le service de comptabilité (comptabilité clients, comptabilité fournisseurs, situations intermédiaires, …), celui des ressources humaines ainsi que le service de recherche et développement, indispensable pour se démarquer de la concurrence. En effet, ce dernier service teste des recettes dites de cuisine qui lorsqu’elles sont validées, sont produites en petite quantité dans l’atelier avant d’être validées définitivement et présentées aux clients. Tartefrais cherche toujours à innover. Lors de la réunion hebdomadaire, les principaux responsables réfléchissent à de nouveaux produits qui pourraient intéressés les clients toujours en attente de nouveautés. C’est un atout majeur et indispensable sur un marché concurrentiel.
Nous avons rencontré et échangé avec un responsable des achats et approvisionnements qui nous a expliqué en quoi consistait son travail au sein de la SAS. Il multiplie après négociation les contrats avec les anciens et des nouveaux fournisseurs de matières premières et d’emballages, principalement situés en France (200 à 300 km) mais quelques uns sont domiciliés en Europe (Italie) et au Maroc.

Compte-rendu de la visite rédigé par les bts1 (groupe 2)

Le 11 octobre 2016, les élèves de BTS CG1 et de BAC PRO GA1 ont visité l’entreprise TARTEFRAIS à Falaise.

Cette société a été créée en 1990 par Patrick Georget, artisan pâtissier. Tartefrais débute avec 9 salariés et une superficie de 500 m². Au fil des années, l’entreprise s’agrandit de 4500 m² en 1999, puis de 1500 m² en 2006 avant un dernier agrandissement en 2010 pour le lancement d’une troisième activité, les éclairs. L’effectif poursuit sa progression, avec aujourd’hui, 185 salariés et 15 intérimaires en moyenne.

Nous avons été accueillis par Claire Renault, responsable comptable et financière en charge du service comptable de l’entreprise, qui nous a présenté l’entreprise et ses différents services dont le service commercial, le service comptable... Nous avons également rencontré Samuel, responsable des achats-approvisionnements chez TARTEFRAIS qui nous a expliqué avec passion en quoi consistait son poste. Il a pour objectif d’acheter le bon produit au meilleur prix, ce qui veut dire qu’il négocie les prix des produits auprès d’environ 50 fournisseurs d’emballages spécifiques et exclusifs à Tartefrais (90%) et auprès de 100 fournisseurs de matières premières. Les principaux clients de cette entreprise se répartissent entre la grande distribution (75%) et la restauration hors foyer (25%). Le chiffre d’affaires à l’export ne représente que 5%, ceci est dû au fait qu’il s’agit de produits frais dont la conservation est limitée et que le délai de transport ne doit pas dépasser de 4 jours.

Nous avons ensuite visité l’atelier de production avec Wilfried, responsable développement et production dans l’atelier. Il nous a présenté le processus de fabrication des pâtisseries qui peut être complètement automatisé (éclairs) ou semi-automatisé (mille-feuilles) ou encore manuel pour certaines étapes de la fabrication (garniture des tartes aux pommes, décoration des opéras) qui nécessitent l’intervention des ouvriers.

Les ingrédients essentiellement français, sont certifiés et contrôlés par le service qualité grâce à des prélèvements d’échantillons, comme par exemple les œufs d’origine « poules heureuses » et non en batterie. Côté environnement, ils essaient de réduire le gaspillage (pommes) et de réduire l’utilisation de l’huile de palme remplacer par le beurre, même si son prix d’achat à pratiquement doublé en un an, afin de préserver la biodiversité. Le processus d’emballage est également semi-automatisé. Nous avons terminé notre visite dans l’entrepôt de stockage des produits finis dont la durée limite de conservation est d’environ 10 jours. Le côté humanitaire a été mis en avant : les produits dont la DLC est courte sont distribués à des associations et les déchets à des porcheries locales pour nourrir les animaux.